Tian Rotteveel – The reasoning of resonance

propellor bild 2

Que signifie généralement écouter avec nos oreilles ?  Que signifie le fait d’écouter ? Quelle est la part de matérialité et d’immatérialité du son ? Comment prêtons nous nos corps à l’écoute ? Qu’est ce qu’on peut/ne peut pas choisir d ‘écouter ? Peut-on choisir un point de vue dans l’écoute ? Peut on développer un point de vue écoutant du monde ? L’écoute peut-elle créer des communautés ? Qu’est ce qu’il est logique d’amplifier ? Qu’est ce que les mots, les paroles et la musique faits par l’homme ont à nous offrir ?

On dit souvent que la musique est un substitut du langage. Elle offre des constructions mentales et des sensations corporelles similaires.

Plus j’apprends à être danseur et interprète, plus j’apprécie la simple exécution d’une partition pour instrument. La relation privée et intime du performer à une matérialité spécifique.  Accéder à ces caractéristiques spécifiques et stimuler les effets d’une matérialité spécifique pour la propager dans une salle réunissant une communauté d’écoute. Et qu’est ce qui constitue un instrument ? La musique issue des caractéristiques et de l’histoire du bois ?  du cuivre ? des métaux ? des cordes ? de l’ivoire ?

Dans un environnement où la perception visuelle a atteint un stade démesuré de production et de consommation, même dans les arts de la danse, l’écoute et la production de son ont-elles quelque chose à nous apporter ? Comment cela peut il s’adresser à une communauté et toucher au contenu socio-politique ?

Tous ces questionnements sont au centre de la nouvelle création de Tian Rotteveel.

What does listening with our ears usually mean? What does the fact of listening mean? What is the part of materiality and immaterial of sound? How do we prepare our bodies to listening? What can we choose to listen to / not to listen to? Can we choose a point of view while listening? Can we develop a point of view while listening to people? Can listening create communities? What is it logical to amplify? What do words, speeches and music created by human offer us?

It is often said that music is a substitute to language. It offers similar mental constructions as well as body sensations.

The more I learn to be a dancer and an interpreter, the more I appreciate the simple execution of an instrument’s score. The performer’s private and intimate relationship to a specific materiality. Having access to those specific characteristics and stimulating the effects of a specific materiality to spread it in a room that gathers a listening community. And what constitutes an instrument? The music made by the characteristics and the history of wood? Of brass? Of metals? Of chords? Of ivory?

In a context where visual perception has reached an oversized point of production and consumption, even in dance arts, do listening and sound production have something to provide us? How can it address a community and have an impact on socio-political content?

All this questioning is at the heart of Tian Rotteveel’s new creation.