Marta Izquierdo – BT’N’BT! una carnecineria

DSC_1380


BT’N’BT est le second volet du diptyque entamé avec une première résidence en septembre 2014 à l’Espace Darja autour du solo Admirando la cheikha.

L’expression bt’n’bt revendique la nécessité de rester là, dans le théâtre, coûte que coûte, dans une surenchère d’inventions et de réinvention de soi-même. J’y suis j’y reste : parvenir au bout de la soirée, de la fête, de cet air virtuose, comme la chanteuse d’opéra qui tente d’atteindre la note la plus aiguë de sa tessiture et y demeure pour toujours.

« Deux êtres occupent une salle de spectacle. Deux femmes campent dans ce qui semble être devenu leur espace de vie : les gradins du théâtre. Elles sont face au public qui lui est sur scène. Ces gradins qu’elles escaladent sont à la fois espace imaginaire et univers à tiroirs, dont elles extraient effets et souvenirs. Stimulées par le son et la lumière d’une projection cinématographique fantôme, elles re-visitent des films, dont elles incarnent les duos de femmes. »

  • Interprétation : Marta Izquierdo Muñoz
  • Dramaturgie: Youness Anzane
  • Costumes et accessoires: La Bourette

Sortie de résidence le 8 octobre 2015

BN’N’BT is the second part of a diptych that started with a first residency in September 2014 at Espace Darja around the solo Admirando la cheikha.

The expression bt’n’bt claims the necessity the remain here, in the theatre, at all costs, in a overbid of inventions and reinventions of oneself. I am there and I intend to stay : make it to the end of the evening, of the party, of this tuneful air, like the opera singer who tries to get to the higher note and stays there forever.

“Two beings occupy a performance hall. Two women are grounded in what seems to have become their life space: the seats of the theatre. They are facing the audience, seated on stage. Those seats they escalade are an imaginary place but also a universe with drawers where they pick effects and memories. Stimulated by the sound and light of a ghost cinematic screening, they revisit movies, embodying duets of women.”