Marée Noire

11325990_1622241771395161_337846864_n

Performance conçue dans le cadre du projet d’exposition Passerelle VII-Lisières et débordement avec les artistes Amina Benbouchta, Mohamed el Baz, Hassan Darsi, à la Villa des Arts de Casablanca en 2009.

« C’est seulement lorsque vous aurez bu à la rivière du silence que vous pourrez chanter.

Et, quand vous aurez atteint le sommet de la montagne, alors que vous pourrez commencer à grimper.                                                                                                                                                                          Et,

quand la terre exigera vos membres, alors vous pourrez vraiment danser. »

Khalil Gibran

La vision d’un monde pareil à une gigantesque flaque hurlante, où l’homme englouti par sa souffrance se fond dans le marécage d’une société gluante.

Asphyxié et amputé l’homme se débat et agite ses omoplates pour s’extraire et s’élever.

Jour après jour de nouvelles règles, de nouveaux ordres nous condamnent à une errance où même le souffle n’est pas cette chose sacrée qui nous sublime.

Et, accablés de cette force, nous modifions, détruisons et plongeons tous dans le piège de cette déferlante marée noire… qu’est la vie.

  • Conception : Meryem Jazouli
  • Interprétation : Youness Aboulakoul
  • Bande son : Zouheir Atbane
  • Vidéo conception & réalisation : Mehdi Halib & Meryem Jazouli
  • Production: Fondation ONA

Performance conceived in the framework of Passerelle VII-Lisières et débordement exhibition project with artists Amina Benbouchta, Mohamed el Baz, Hassan Darsi, in Casablanca Villa des Arts, 2009. 

« Only when you drink the river of silence shall you indeed sing.                                                                                                                                                                                                                                          

And when you have reached the mountain top, then you shall begin to climb.                                                                                                                                                                                                                    

And when the earth shall claim your limbs, then shall you truly dance. »                                                                                                                                                                                                                        

Khalil Gibran 

 

The vision of a world that resembles a gigantic howling puddle, where man is swallowed by his pain melts into the swamp of gooey society.                                                                                          

Suffocated and amputated the man struggles and shakes his scapula to come out and raise.                                                                                                                                                                                        

Day after day, new rules, new orders condemn us to a wandering where even breath isn’t this sacred thing that sublimates us.                                                                                                                              

And, burdened by this strength, we modify, destroy and fall in the trap of this unfurling oil spill… of life.