Le Toit du monde

IMG_1073


Le projet Le toit du monde s’inscrit dans le projet Le square d’en bas, initié par la Source du Lion en 2008 et interrogeant l’architecture sous différentes approches et pratiques.

« Le volet I (2008-2009) invitait un groupe d’étudiants de l’Ecole Nationale d’Architecture de Rabat à une série de workshops autour d’une ancienne usine désaffectée située juste en face de l’atelier de la Source du Lion en plein coeur de la ville. Le volet II (2010-2011) invite un artiste, Hassan Darsi, à ré-investir le projet par une proposition pluridisciplinaire associant un plasticien, lui-même, à des danseurs* dans une forme de performance restituée par une installation vidéo.

Le projet propose un dispositif visuel et sonore créé par Hassan Darsi. Les 6 films réalisés à partir des performances sont projetés en même temps sur 6 écrans différents ; Hassan Darsi, crée un enjeu entre les films, entre les danses, les attitudes et le vis à vis avec l’architecture du lieu et l’espace projeté de la ville de Casablanca. « 

Florence Renault

  • Conception : Hassan Darsi
  • Performances : Meryem Jazouli, Taoufiq Izeddiou, Eva Vandest, Malek Sebai, Toufik O. Idrissi, Cie Ex Nihilo

Le toit du monde

Le toit du monde is part of the wider project Le square d’en bas, initiated by la Source du lion in 2008, which questions architecture through different approaches and practices. 

« Chapter I (2008-2009) invited a group of students from l’Ecole Nationale d’Architecture de Rabat to a series of workshops revolving around an abandoned factory situated exactly in front of la Source du Lion studio, in the very center of the city. Chapter II (2010-2011) invites an artist, Hassan Darsi, to reinvest the project with a multidisciplinary proposal which associates a visual artist, himself, to dancers in a form of performance reproduced by a video installation. 

Le project displays a visual and sound arrangement created by Hassan Darsi. The 6 films of the performances are screened simultaneously on 6 screens ; Hassan Darsi creates stakes between the films, the dances, the attitudes and the relationship to this building’s architecture and the projected space of Casablanca. » 

Florence Renault