KHAT-WA

Sans titre

Initié par l’Espace Darja et soutenu par AFAC, le projet réunit 5 artistes et 30 adolescents, âgés de 14 à 18 ans, inscrits au programme de mise à niveau scolaire et de réinsertion professionnelle de l’association Al Ikram à Casablanca. Pendant trois semaines au mois de juillet 2016, ils ont été invités à l’uZine pour découvrir et explorer des univers artistiques pluriels à la rencontre de professionnels dans leur domaine : la danse contemporaine, la création sonore, la vidéo, le graphisme et la cuisine. Fer de lance de l’Espace Darja, l’art chorégraphique a été le noyau de ce projet autour duquel s’articulaient des modules hybrides.

Dans la continuité d’actions menées tout au long de l’année par l’Association Al Ikram, l’enjeu a été, à travers l’art, d’alimenter leur ouverture d’esprit, de nourrir leur curiosité, d’éveiller leur créativité, tout en valorisant leurs capacités. En même temps, la diversité des médias artistiques proposés à permis de travailler avec eux sur de nouveaux moyens d’expression et de communication, à la fois très personnels et universels.

La présence de l’art vidéo tout au long du projet a assuré la couverture filmée des ateliers en même temps que l’initiation des jeunes. Ainsi, à la fin des trois semaines, artistes et adolescents avaient construits ensemble le film de cette expérience.

Initiated by Espace Darja and supported by AFAC, this project gathered 5 artists and 30 teenagers, aged 14 to 18 and part of a school leveling / professional reintegration program led by Al Ikram, Casablanca. During three weeks in July 2016, they have been welcomed in the walls of l’uZine where they discovered and explored plural art universes thanks to professionals of the following fields : contemporary dance, sound creation, video work, graphic design and cooking. Spearhead of Espace Darja, contemporary dance was at the core substance of the project, around which hybrid modules articulated themselves. 

In the continuum of year-long actions led by Al Ikram, the stakes were, through art, to feed the teenagers’ mind-openness, their curiosity and their creativity, while valuing their own capacities. Besides, the diversity of art medias enabled to work with them on new expression and communication tools, both personal and universal. 

The presence of video art throughout the whole project was a manner to record all that was happening and also a way of initiating the young group. Therefore, by the end of the three weeks, artists and teenagers had created together the film of that experience.